English -  Français

Association Roger Langbehn pour l’éducation par les arts
et le respect de la nature ASBL

La Maison Langbehn

Personnalités et artistes invités

Roger Langbehn

Travaux de restauration

Visites guidées de la Maison Langbehn

Association Roger Langbehn pour l education par les arts et le respect de la nature ASBL

Actualités

Dimanche 23 septembre 2018 à 15 heures > conférence de Sérgio Assad
  > Publié le 04 Sep 2018

Le rôle de la guitare dans le développement de la musique populaire brésilienne

 réservation indispensable (places limitées)> info@maisonlangbehn.be

P.A.F. 12 euros (étudiants & seniors 10 euros) - gratuité pour les membres en ordre de cotisation

 

Maison Langbehn, 90 rue Renkin, 1030 Bruxelles

TRAM : 25, 55, 92

Association Roger Langbehn pour l’éducation par les arts et le respect de la nature ASBL

www.maisonlangbehn.be

Dimanche 14 octobre 2018 à 11.30 et à 14.30 > la Maison Langbehn accueille le festival interdisciplinaire ARTONOV !
  > Publié le 01 Sep 2018

A forest of houses, a corridor of trees

Performance – FRINGE Series – Creation

Emi Kodama, artiste pluridisciplinaire
Claude Ledoux, compositeur
Ensemble LAPS, collectif de musiciens

L’espace d’une maison s’étend à la réalité quotidienne ainsi que dans notre imagination. L’Art nouveau peut-il avoir une conception similaire à la maison japonaise dans la composition de l’espace ? Emi Kodama, artiste pluridisciplinaire, et le compositeur Claude Ledoux accompagné de son ensemble LAPS, inviteront le public à une performance-promenade dans les nombreuses pièces de la Maison Langbehn, une sorte de guide d’exploration de paysages imaginaires. La manière dont un guide navigue dans le paysage et un architecte le crée guideront votre esprit. Lors de cette performance, nous comparerons la manière dont l’espace physique complète l’espace mental. Emi Kodama conçoit cette nouvelle façon de visiter une maison à mi-chemin entre un guide de randonnée et un architecte paysagiste.

Un guide de la nature se souvient de son chemin en associant des choses qu’il voit lors de sa randonnée à des éléments de la vie quotidienne. Il parcourt une prairie qu’il décrit comme un salon. Un architecte paysagiste conçoit un jardin de ville pour vous faire sentir comme si vous étiez entouré par la nature. Il plante une rangée d’arbres pour bloquer la vue d’une façade.” (Emi Kodama)

http://festival-artonov.eu/programme-2018/

La Maison Langbehn

Située au cœur de Schaerbeek, à deux pas de l’Hôtel communal, cette double maison offre au regard des passants une façade de style Art Nouveau - rythmée et colorée - réalisée à partir de 1901 par l’architecte d'origine hollandaise Jean Van Hall. Après avoir rempli pendant plus d’un siècle sa mission de logement, cette maison insolite y ajoute désormais, sous la direction de Françoise-Emmanuelle Denis, une dimension éducative et artistique en accueillant les activités de l’Association Roger Langbehn pour l’éducation par les arts et le respect de la nature

La Maison Langbehn porte ce nom en mémoire de l’artiste plasticien Roger Langbehn tombé au champ d’honneur en 1918, à Montdidier, dans la Somme, à l’âge de 26 ans. Sa mère, Berthe Blanche Guibert fait l’acquisition, lors d’une vente publique à Saint Gilles, en 1926, de l’immeuble situé 90-92 rue Renkin. Elle y vit les vingt-huit dernières années de sa vie, de 1932 à 1960, et transmet - avant sa mort - des archives concernant son fils à la famille Harnois - Denis alors locataire du dernier étage de la maison.

Le couple Harnois Denis devient propriétaire de l’immeuble en 1972. Au décès d’Elie Denis, en 2006, sa fille Françoise-Emmanuelle prend connaissance des documents, lettres, cartes, photos, objets, peintures et dessins de Roger Langbehn conservés dans une mansarde de la maison et entame des recherches qui l’amènent à retrouver non seulement des parents éloignés de Roger Langbehn mais des parents d’anciens locataires du 90 rue Renkin. La passionnante reconstitution de l’histoire de la Maison Langbehn, de celle de son architecte et de ses habitants est amorcée…

Suite au décès de sa mère, Liliane Harnois, dernière occupante de la maison, Françoise-Emmanuelle Denis décide d’offrir une nouvelle vie à sa maison natale et entreprend, avec le soutien inconditionnel de son compagnon, Odair Assad, la rénovation et la restauration de cette maison dont les moindres recoins lui sont familiers.