English -  Français

Association Roger Langbehn pour l’éducation par les arts
et le respect de la nature ASBL

Nos Missions

La musique, un formidable outil d’éducation !

 

Lorsque ma fille cadette était en 5ème année primaire, la direction de son école avait lancé un appel aux parents des élèves dans l’espoir d’en trouver quelques-uns disposés à remplacer, un jour par semaine pendant cinq semaines, l’institutrice « en formation ». J’ai accepté cette mission qui m’a donné l’occasion de vivre une expérience inoubliable qui s’est révélée déterminante pour mon orientation de vie. 

A l’occasion de mon passage dans cette classe multiculturelle de vingt-sept élèves, et avec l’accord de la direction, les enfants ont découvert un univers musical qui ne leur était pas familier. Il n’y avait aucune obligation pour eux de prêter une attention particulière à la musique diffusée dès leur entrée en classe, des pièces pour piano d’Erik Satie qui ont eu pour effet immédiat d’installer un climat détendu et agréable au sein du groupe. L’idée était simplement d’offrir aux jeunes élèves l’accès à cette musique qu’ils ne connaissaient pas et qu’ils ont accueillie sans le moindre préjugé, « merci pour le piano » a écrit un jeune immigré sur un dessin fait à mon intention, ému par le timbre de cet instrument qu’il entendait pour la première fois. 

Il y a trente ans, la formation professionnelle et le statut du « musicien intervenant », engagé par les communes, voyaient le jour en France. A peu près au même moment, en Belgique, le « professeur de musique » disparaissait du panorama scolaire, les enseignants étaient désormais supposés prendre également en charge cet aspect de la formation de leurs élèves au cours du cycle primaire. Aujourd’hui encore, interrogés à ce sujet, ils déplorent très souvent leur peu de compétence en la matière ainsi que leur manque de confiance personnelle et de conviction dans l’exercice de cette tâche spécifique pour laquelle ils n’ont pas reçu eux-mêmes de formation digne de ce nom.

Convaincue de l’importance de la bonne musique dans le développement harmonieux de l’individu dès son plus jeune âge, j’ai entrepris – en marge de mon travail de productrice musicale et de ma mission d’enseignante au Conservatoire Royal de Mons - des activités bénévoles d’éveil musical auprès de centaines d’enfants et d’adolescents dans plusieurs écoles situées à Schaerbeek. Des étudiants et anciens étudiants de la classe de guitare du conservatoire me soutiennent depuis plusieurs années dans cette initiative à laquelle ils participent avec ferveur, persuadés de la nécessité pour tous d’une véritable initiation à la musique. 

Lors de nos ateliers, de nombreux aspects de la musique sont abordés sans pourtant en évoquer, d’emblée, la terminologie scientifique. Les notions musicales sont induites au travers d’audition de musique et d’exercices divers. En effet, je ne pense pas que l’enseignement de rudiments de solfège - à raison d’une heure par semaine (sinon moins) - soit l’introduction idéale au monde musical à l’école. Bien qu’il soit un excellent exercice pour les deux hémisphères cérébraux, il est difficile pour le néophyte d’établir un rapport évident entre l’émotion que procure la musique et un exercice de solfège. L’apprentissage de ce dernier - souvent vécu de manière ennuyeuse - finit par être assimilé par les enfants et les adolescents à l’idée rébarbative qu’ils se font de pas mal de genres musicaux, dont la musique dite « sérieuse », et entraîne leur désintérêt sinon leur rejet à l’égard d’un art qui leur restera inconnu s’ils n’ont pas la chance de grandir dans une famille de mélomanes. 

Indépendamment de nos goûts musicaux et quelle que soit notre réaction à la musique, celle-ci exerce une action sur notre corps et sur notre esprit. Certaines musiques contribuent à établir un climat de bien-être et de confiance favorisant l’expression et la communication, d’autres musiques prédisposent à l’activité intellectuelle, d’autres encore donnent irrésistiblement envie de bouger…

Marcher sur une musique binaire lente, par exemple, - en décomposant chaque pas - est un exercice rythmique par le biais duquel on peut non seulement tester son sens de l’équilibre mais qui peut aussi aider l’enfant à assimiler « physiquement » le principe de la division et des fractions.  Plus la musique est lente et plus cet exercice fait appel à l’effort et donc à la concentration ... dans la bonne humeur !

L’effet bénéfique du son - par l’intermédiaire de musiques spécifiques - peut représenter un outil formidable dans le cadre de l’apprentissage scolaire.  Si l’on veut bien se rappeler que le fait d’écouter fait intervenir la volonté, il semble évident que la musique puisse encourager cette attitude à l’école et qu’elle puisse contribuer à améliorer la réceptivité d’un groupe d’élèves en classe. Utiliser la musique comme « outil d’éducation polyvalent» revient à stimuler, équilibrer, organiser, harmoniser, apaiser, encourager...  Le faire tous les jours - sous des formes variées - serait idéal ! 

Quant à la pratique musicale, au travers de ses innombrables exigences, elle présente une aptitude peu commune à forger subtilement un individu. Quand on pense à ce qu’il faut - pour atteindre la beauté - de rigueur, de souplesse, de persévérance, de sens du compromis, de disponibilité et d’humilité, et que tout cela peut se réaliser avec la complicité d’un instrument de musique, on encouragerait tous les enfants, leurs parents et leurs amis à en jouer !

Apprécier la musique et en faire sa partenaire de vie, avec intelligence et discernement, est un véritable apprentissage ! Partager la musique tisse des liens et favorise la communication non verbale. Utilisons donc la musique, sous toutes ses formes, pour sa formidable capacité à nous apporter vitalité, émotion et sérénité au quotidien. 

© FA

Françoise-Emmanuelle Denis  

 


Atelier d’éveil musical à l’école communale n°10 à Schaerbeek

Duo de guitares à l'Athénée Fernand Blum à Schaerbeek

Récital à l'Ecole communale n°10 à Schaerbeek

Trio de guitares à l'Athénée Fernand Blum